Budget en hausse, participante surprise, lipsync sans perdant, retour d’une candidate en cours de saison, épisode de casting (dispensable), Pit crew renouvelé: RuPaul s’est donné les moyens de réussir la troisième saison de son show. Des 6 saisons, c’est sans doute la saison avec le plus grand nombre de défis « couture ». Rien de surprenant donc à ce que le vainqueur soit le plus fort de ce côté-là.

Les participantes

tumblr_lbxz7lyJyn1qdoj20o1_500

Venus D-Lite: La première participante à partir n’aura guère marqué les esprits sinon par la révélation qu’elle se fait refaire le visage pour ressembler toujours plus à Madonna. C’est Vanessa Williams en personne qui l’exécute lors du premier défilé: « J’aime bien ta queue de cheval. C’est la meilleure partie de ta tenue ».

Phoenix: Même chose que Venus D-Lite, avec qui elle se crêpe brièvement le chignon, Phoenix n’est pas vraiment une drag mémorable. Dans un Untucked, elle répond sèchement à Stacy qu’elle ne voit pas en elle une concurrente. Manque de bol, Stacy ira bien plus loin qu’elle dans la compétition.

Delta Work: L’une des trois « plus-sized » girls de la saison et assurément la plus pro. C’est aussi une très bonne amie de Raja, la future gagnante de la saison.

Mariah: Avec son passé de vogueuse et son visage magnifique, Mariah avait quelques armes pour aller relativement loin dans la compétition. Son imitation ratée de Joan Crawford lors du Snatch Games et un lip sync très approximatif auront mis un terme à ses ambitions. On retiendra cette petite vacherie à l’intention de Manila: « Ah tu voulais faire « bad fashion » lors du défi Scandale? Mais chérie, « bad fashion » ce n’est pas un scandale, c’est ton style! »

Mimi Imfurst: Le côté insupportable de Mimi Imfurst en fait l’une des drags les plus détestées toutes saison confondues. Pourtant, son côté camp drag old school aurait pu apporter beaucoup à la compétition, mais son égo surdimensionné, sa trop grande confiance en ses talents de pseudo comédienne et un certain manque de style en décideront autrement. Mais c’est surtout son « porter » choc d’India Ferrah lors du lip sync qui les oppose, qui marquera les esprits.

Stacy Layne Matthews: Venue d’une petite ville de Caroline du nord, Stacy est la plus timide des drags et l’une des moins « polished », ce qui en fait la cible privilégiée de certaines compétitrices, qui la trouvent trop amateure pour être là. Grâce à quelques petits moments où elle laisse entrevoir un peu de personnalité (notamment sa géniale imitation de Mo’nique dans le Snatch Game), elle parvient à passer quelques tours. Mais dans une saison où la mode est prédominante, ses carences en la matières lui seront fatales.

India Ferrah: Je n’ai pas du tout accroché à India Ferrah. Ni à son style, ni à sa personnalité. Son seul moment mémorable est le lip sync avec Mimi Imfurst. Et ce n’est pas à mettre à son crédit.

Shangela: Éliminée lors du premier épisode de la saison 2, son retour lors du premier épisode est une des grosses surprises de la saison. Pas très assurée côté stylisme et maquillage, elle compense avec une énergie phénoménale et de vrais talents de comédienne. Son fort caractère la conduit souvent à des clashs avec les autres, comme Mimi, à qui elle balance un verre d’eau à la figure, ou Raja, qui ne la supporte pas. Elle a un mot fétiche, qu’elle répète à tout bout de champ: « halleloo ». C’est d’ailleurs un délice de l’entendre dans la bouche de Johnny Weir, lorsque celui-ci officie comme juge lors d’un épisode.

Yara Sofia: L’une des deux porto ricaines de la saison, avec Alexis. Son anglais n’étant pas terrible, elle compense avec l’espagnol et beaucoup d’énergie. Perso, je n’aime pas beaucoup son style de drag, mais le personnage est attachant. Et son départ est sans doute le moment le plus émouvant de la saison. Elle est élue Miss Congeniality lors de l’épisode Reunion. Son expression fétiche: « Echa Pa’lante ». Va de l’avant.

Carmen Carrera: Carmen met constamment en avant son corps, qu’elle veut « parfait », quitte parfois à ne montrer quasiment que ça (l’injonction « Stop relying on that body » de Michelle Visage est devenu une blague habituelle dans les saisons suivantes). Elle bute sur les défis où il faut montrer un peu plus de personnalité (notamment le défi où il faut enregistrer une chanson de RuPaul, dans un style musical imposé). Son lip sync face à Raja, où elle fait tomber le bas, est un des playbacks les plus dingues de la saison. On la voit en garçon tout au long de la saison, mais Carmen se définit désormais comme une femme.

Manila Luzon: Lors de son audition, elle se présente ainsi: « je vais apporter à Drag Race quelque chose de jamais vu: une asiatique de plus d’1,55m » (coucou Ongina et Jujubee). C’est sans doute la concurrente la plus solide et la plus complète de la saison. Il lui manquera juste un zeste de flamboyance pour l’emporter à la fin. A la ville, c’est – c’était – le boyfriend de Sahara Davenport, à qui il a récemment consacré une chanson, Eternal Queen. La performance la plus controversée de Manila restera sa caricature d’une présentatrice télé asiatique lors du défi QNN, certains jugeant cette interprétation raciste. « Tu es philippine, pas chinoise », lui assène Shangela. « Google humor. », répond Raja à Shangela. Son lip sync sur du Donna Summer reste un modèle du genre.

Alexis Mateo: Un peu agaçante au début, Alexis devient de plus en plus attachante au fur à mesure de la saison. Comme Shangela et Yara Sofia, elle a un mot-expression fétiche. Le sien, c’est « BAM! ». Les juges et d’autres participants lui reprochent son côté trop « régional ». Michelle Visage lui fait remarquer plusieurs fois qu’elle met mal son corps en valeur et qu’elle utilise trop ses faux seins. Alexis lui rend la monnaie de sa pièce lors de l’épisode Reunion: « you bought your titties too! ». Ceci mis à part, c’est une concurrente solide, relativement complète. Ce qui lui permet de figurer dans le Top 3. Elle se fait un ami inattendu, Slava, le mec « hétéro » qu’elle doit habiller.

 Raja: C’est la drag la plus expérimentée. Dans la vie, il est maquilleur, notamment d’Adam Lambert. Ce dernier figure même dans la vie d’audition. Raja règne en maître sur le runway. Il est mannequin et ça se voit. La mode et le stylisme sont ses grands point forts. Il est moins à l’aise sur les défis « personnalité », mais pas suffisamment pour être mis en danger. Contrairement à Manila, qui garde toujours la maîtrise d’elle-même, Raja fend parfois l’armure. Avec son style spectaculaire, c’est sans doute ce qui lui permet de remporter la compétition.

Les meilleurs moments

– Les lip sync. Shangela / Venus D. Lite, limite violent. India / Mimi, pour le « porter ».  Raja / Carmen, pour la baiser de la mort de Raja sur l’épaule de Carmen ; Delta Work / Manila Luzon, pour la performance de Manila ; Alexis Mateo / Yara Sofia, pour l’émotion.

http://www.youtube.com/watch?v=tatoplO2A70

– Le défi « habillez un hétéro ». Slava, l’hétéro d’Alexis se montre trèèèèès intéressé par le processus et flirte quasiment avec Alexis, à la grande surprise de cette dernière. La performance est tellement un succès que depuis Slava se produit parfois en drag, mais uniquement en compagnie d’Alexis.

– Les défis Queens in space et Totally Leotarded. Les épreuves de groupe sont toujours de bons moments.

– Les runways de Raja. Des 6 saisons, c’est le plus pointu et le plus inventif côté mode.

Le vainqueur

Raja. Depuis sa victoire, il a notamment une web-série, Raja Drawja, où il dessine et une interview une drag-queen.

Raja_-_Model