La 7ème édition d’In&Out, le festival de film gay et lesbien de Nice et Cannes s’ouvre ce soir. L’association Les Ouvreurs m’a fait l’honneur de me nommer membre du jury, aux côtés du journaliste Didier Roth-Bettoni (L’homosexualité au cinéma, Le cinéma français et l’homosexualité) , de la réalisatrice Emilie Jouvet (One night stand, Too much pussy) et de la vice-présidente du Centre LGBT Azur Dana Osi.

C’est la première fois que j’assiste à ce festival, mais j’ai malgré tout une petite histoire avec lui. Après avoir quitté Têtu en 2005, je suis venu m’installer à Nice (longue histoire). Au bout de quelques mois, j’ai fait la rencontre de Benoît Arnulf, l’un des créateurs des Ouvreurs, l’association qui organise In&Out. Benoît souhaitait créer un festival de film gay et lesbien et m’a invité à la toute première réunion. J’y suis allé. Peu de temps après, je suis rentré à Paris et je n’ai pas pu me rendre aux réunions suivantes. Je suis heureux de constater que ce projet a non seulement abouti, mais qu’au fil des ans, il est devenu un événement incontournable de la vie LGBT de la Côte d’Azur.

Revenons-en au festival 2015. D’ici au 9 mai, le jury devra juger 8 long-métrages, 5 documentaires et une flopée de courts. Nous remettrons ensuite des prix, les « Esperluettes » (Le saviez-vous?, c’est le nom qui désigne le caractère « & »). Au delà de la sélection officielle, il y a de nombreux films ou documentaires à voir.

Je vais essayer de tenir un journal de bord du festival d’ici là. En tant que membre du jury, j’imagine que je ne pourrai pas donner mon avis sur ce que j’ai vu, mais je pourrai parler de ce que je vais voir et des à côtés du festival.

Ce soir, In&Out s’ouvre avec un long-métrage néerlandais, intitulé Zomer (bande-annonce ci-dessous). Soirée ensuite au Red Kafé, rue Halévy. Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à venir me saluer!