La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

MON BLOG PERSO
Et pas celui d'un autre, par Xavier Héraud
Photos | 13.07.2016 - 17 h 28 | 0 COMMENTAIRES
Kasbah Glitter – Best of

Étiquettes : ,

Kasbah Glitter, c’est le show Cabaret de la troupe Paillettes (qui fait également un spectacle de lectures queer). Ce samedi, ils clôturaient l’année avec un best of de leurs numéros de l’année. Que du bon, donc.

Voici trois photos du spectacle (dont une prise au maquillage). Ne les ratez pas lors de leur prochaine saison!

27631616533_788f205ef8_k

13668725_1455612757797994_3090169684330697925_o

Photos | 22.11.2015 - 10 h 56 | 1 COMMENTAIRES
Extravaganza! « More fishy than a fish »

Étiquettes : , , , , ,

Fish en anglais n’est pas seulement la traduction de « poisson ». En argot drag-queenesque, cela désigne une drag-queen particulièrement féminine. Je suis déjà les drag de Paillettes, je pense que je vais désormais suivre leurs consoeurs d’Extravaganza. Dont la première soirée s’appelait « More fishy than a fish » et se tenait dans la petite cave des Souffleurs. C’était une scène ouverte présentée par Enza Fragola (aux costumes fantastiques d’inventivité). Avec des performances d’Enza, Le Filip (délicieusement trash), Esther Fauve Carter et Calypso Overkill (qui avait lipsyncé Je ne regrette rien lors de la soirée Yagg cet été). Quelques photos ci-dessous:

Photos | 11.11.2015 - 15 h 16 | 0 COMMENTAIRES
Des Paillettes dans les boules

Étiquettes : ,

Nouvelle lecture des Paillettes hier soir au Point Ephémère. Au programme, un texte sur les femmes à barbe, un extrait de Torch Song Trilogy (une partie du fabuleux monologue d’ouverture), un très long texte très sexuel, un haletant post de blog… Le tout présenté par l’hôtesse du jour, Géraldine la voyante, qui lit dans les cartes (de métro), les boules et tout un tas de choses!

Prochaine soirée (une Kasbah Glitter) le 17 décembre prochain au Café de la presse.

Ci-dessous, quelques photos de la soirée.

Photos | 09.10.2015 - 15 h 25 | 1 COMMENTAIRES
Photos: Les drag-queens de Paillettes dans « Kasbah Glitter #2 »

Étiquettes : , ,

Je suis la troupe Paillettes depuis quelques mois… J’avais notamment photographié leur passage au Gibus après le show de RuPaul’s Drag Race, leur premier passage au Café de la Presse, puis leur performance au 59, rue de Rivoli, Des Paillettes dans l’eau précieuse. Ils étaient hier soir à nouveau au Café de la presse pour la deuxième édition de Kasbah Glitter.

Au programme, du rire, des chansons (en live), du glamour, de la magie!

 

Photos | 25.09.2015 - 10 h 43 | 3 COMMENTAIRES
Des Paillettes dans l’eau précieuse

Étiquettes : ,

C’était la rentrée hier pour Paillettes. La troupe de drag-queens a présenté « Des paillettes dans l’eau précieuse » au 59, rue de Rivoli à Paris dans le cadre du festival de performances Crisis. Au menu, lectures de textes, dont deux venant de Yagg, le Guide de Survie: « Survivre à ses parents », par Maxime Donzel et «Dessine-moi ta famille», par Muriel Douru et une démonstration de massage de la prostate qui restera dans les annales – jeu de mots volontaire.

Prochain événement, la deuxième Kasbah Glitter au Café de la presse (Les photos de la première: Photos: Kasbah Glitter, ou les drag-queens dans tous leurs états).

Télé | 31.10.2014 - 19 h 01 | 0 COMMENTAIRES
RuPaul’s Drag Race saison 1

Étiquettes : , ,

Je me suis mis bien tardivement à RuPaul’s Drag Race, sur les conseils avisés et insistants de plusieurs amis. L’émission a pour but de désigner la prochaine drag queen superstar d’Amérique (et de rappeler qu’il n’y a actuellement qu’une superstar, celle dont le show porte le nom) Il s’agit sans doute du programme télé le plus gay et le plus drôle que j’aie jamais vu. Le plus émouvant aussi. Parce qu’ils sont drag queens ou tout simplement gays, les participants ont tous un vécu perso (homophobie, violence, VIH, etc.) qui rappellera des choses à beaucoup d’autres gays. Même s’il s’agit d’un concours de drag queens, c’est sans doute le meilleur reflet actuel de la vie des gays. Je vais faire ici un recap de chaque saison.

On surnomme la saison 1 de RuPaul’s drag race, The lost season, la saison perdue, parce que pour diverses raisons, elle n’a pas été rediffusée ou éditée en DVD pendant plusieurs années. On pourrait aussi la qualifier de « saison floue ». En raison d’un manque de budget, la prod a en effet donné aux images une espèce d’effet flouté assez étrange, qui vous donne l’impression de regarder un show diffusé sur le web en 2002.

Les participantes:

tumblr_kyc0ouy5441qb79djo1_500

Rebecca Glasscock: C’est l’une des deux plus « jolies » drags, avec Jade. « Is that her real nose? » demande RuPaul au tout début… Poser la question c’est sans doute y répondre. Sa beauté plus ou moins naturelle lui permet de souvent de passer les différentes étapes et elle finit par se retrouver dans le tiercé de tête. Sa relative discrétion du début laisse au fil du temps place à une nature plus sournoise et relativement désagréable. Un exemple: lorsque dans le dernier épisode, Nina Flowers et Bebe espèrent à haute voix se revoir et travailler ensemble, Rebecca leur oppose un « No » cinglant.

Jade: Aussi belle en homme qu’en femme. Mais manque de personnalité. RuPaul la rembarre deux fois parce que son slip paraît un peu trop gonflé pour une compétition de drag-queens… Comme quoi être bien monté n’est pas toujours un avantage… Lors de son élimination face à Rebecca, Jade déclare que cette dernière est « the fakest bitch I’ve ever met. » La suite lui donnera raison!

Victoria « Porkchop » Parker: C’est la première éliminée. On aura donc peu de temps pour la connaître. Signe qu’être une drag queen n’est pas anodin, elle explique s’être faite tirer dessus devant un bar, juste parce qu’elle était habillée en drag.

Shannel: Personnalité flamboyante, égo démesuré qui cache mal un manque de confiance en soi (« I’m beautiful » ne cesse-t-elle de répéter). Son professionnalisme et sa démesure trop Las Vegas lui jouent des tours. Les juges lui reprochent de ne pas montrer sa vulnérabilité. Et une drag queen doit savoir montrer à la fois sa force, et sa vulnérabilité. Poussée dans ses retranchements, elle parviendra quelques fois à fendre l’armure. Mais pas assez pour gagner.

Bebe Zahara Benet: la gagnante de cette première saison. Camerounaise, passée par Paris puis installée aux Etats Unis, Bebe a du vécu, une attitude plus fierce tu meurs et une garde robe démente (« Elle porte toute l’Afrique sur ses épaules! », s’exclament RuPaul lorsqu’elle défile avec sa perruque géante, son manteau de fourrure et son habit ultra moulant panthère).

– Akashia: « Chaque émission a une bitch et cette bitch, c’est moi ». Eliminée au bout de trois émissions, Akashia joue à la bitch (son échange avec Michelle Williams est délicieux), mais elle n’a pas vraiment les moyens de ses ambitions (cf son look trop « hooker »). La vraie bitch de l’émission sera finalement Rebecca.

Tammie Brown: Avec son look assez flippant, Tammie Brown est une drag queen plutôt tournée vers l’âge d’or d’Hollywood. Elle se retrouve vite un peu dépassée par l’émission, qui navigue davantage dans une époque plus moderne et des musiques plus urbaines que ses références à elle. Lors du lipsync, elle refusera d’ailleurs de chanter, la conduisant à son élimination directe.

Ongina: « La première fois que je t’ai vue, je me suis dit que tu allais remporter l’émission », lui lance RuPaul lors de son élimination. Hélas pour elle, Ongina n’a pas eu de chance, le défi où elle a moins assuré que d’habitude, Bebe a également déconné. Et face à la future gagnante, sa personnalité pétillante et joyeuse, son look unique (robe bouffante, pas de perruque et petit chapeau – les juges lui reprochent au début de trop faire petit garçon) et son attitude n’ont malheureusement pas suffi. Signe que RuPaul y était très attaché (et/ou habile mise en scène), il a dû s’excuser quelques minutes avant de pouvoir prononcer son élimination.

Nina Flowers: L’une des drags les plus attachantes de la saison. Porto ricaine, elle ne parle pas très bien l’anglais mais sa personnalité flamboyante lui permet de sauver le coup à chaque fois. Avec son look et son attitude drag/punk, elle fait quasiment un sans-faute, mais perd face à la plus grande versatilité de Bebe. Elle sera la Miss Congeniality (Miss Sympa) de cette saison.

Les meilleurs moments

– L’interview ratée de Tori Spelling et son mec par Akashia, qui à la fin de l’interview leur colle carrément son derrière sous le nez (l’expression de Tori Spelling à ce moment-là est priceless)

– Le lipsync Shannel / Akashia et en particulier le moment où la coiffe de Shannel tombe, qui permet enfin à Shannel de fendre l’armure (encore que… on apprendra plus tard que c’était fait exprès). Chanté, you stay.

– Le moment où RuPaul annonce qu’Ongina a remporté le défi Viva Glam. Ongina fond alors en larmes en révélant qu’elle est séropo depuis deux ans. Où comment un show vous fait passer du rire aux larmes en deux secondes. Les larmes d’Ongina sont infiniment plus touchantes que celles de Rebecca, un peu trop surjouées, lors de l’enregistrement du défi Viva Glam.

– L’épisode où les drag queens doivent « habiller » des lesbiennes butchs et défiler avec elles. Beau moment d’échange et de partage intra-communautaire.

Le moment le plus embarrassant:

– Les raps sur la chanson de RuPaul dans le dernier épisode, surtout le rap qui sonne très faux de Nina Flowers et celui, raté, de Rebecca. La présence de Cazwell à l’enregistrement ne suffit pas à masquer le désastre. Heureusement, on n’entend que le rap de Bebe dans la version finale de Cover girl.

Bebe Zahara Benet, gagnante de la première saison

maxresdefault

Depuis sa victoire, Bebe a sorti plusieurs chansons, dont I’m the shit