La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

MON BLOG PERSO
Et pas celui d'un autre, par Xavier Héraud
Actu | Photos | 28.12.2015 - 15 h 58 | 3 COMMENTAIRES
Mon année en photos

Étiquettes : , , , , ,

11 janvier manif charlie

11 janvier. Paris. Manifestation post-attentats à Charlie. Je n’ai pas pris beaucoup de photos. D’une part parce que j’étais bloqué avenue la République, où il était très difficile de bouger (nous avons avancé au bout de 2 ou 3 heures). D’autre part parce qu’en ce genre de circonstances, je n’ai pas envie de photographier. Juste de me recueillir ou de manifester.

Salon LGBT Lille

24 janvier. Salon LGBT de Lille. C’est ce que je préfère dans mon métier: sortir de mon bureau pour aller à la rencontre des militants et militantes LGBT qui se bougent pour nos droits et/ou pour faire vivre notre culture.

1-DSC_0019

28 janvier. Dans les locaux de Yagg. Nous nous décidons à passer les abonnements sur Yagg. Pour cela nous lançons une campagne de pré-abonnement sur Ulule. Et nous faisons cette photo de l’équipe du moment, peu avant que Julien nous quitte.

Queernaval

27 février. Nice. C’est le premier Queernaval!

1-DSC_0346

9 mars. Théâtre du Châtelet, Paris. Création de Singin’ in the rain. Une production magnifique.

1-DSC_0137-001

10 mars. Chalet du Lac, Bois de Vincennes. Jimmy Somerville vient présenter son nouvel album, Homage. Il interprète aussi ses classiques, comme l’immortel Smalltown boy.

1-DSC_0032

14 mars. Piscine Château Landon, Paris. Aquafolies. Un beau moment.

1-DSC_0911

21 mars. Paris. Franco-volley. Mon matériel photo n’est pas vraiment adapté au sport, surtout à un sport comme le volley où tout va très vite et où les joueurs sont extrêmement mobiles. Mais c’est aussi un petit défi.

1-DSC_0110

11 avril. Espace des blancs manteaux, Paris. Printemps des assoces LGBT. Un moment incontournable. Pour se retrouver entre assos LGBT et pour se faire connaître auprès du public. Christiane Taubira vient y faire une visite très appréciée (certains critiqueront de leur côté cette Taubiramania).

DSC_0262

9 mai. Nice. L’un de mes meilleurs souvenirs de cette année. Benoît Arnulf m’a invité à faire du premier jury du festival In&Out, aux côtés d’Emilie Jouvet, Didier Roth-Bettoni et Dana Osi pendant une dizaine de jours. Cette photo est prise juste avant que nous commencions à discuter du palmarès.

1-DSC_0243

9 mai. Cimetière de Caucade, Nice. Je profite de mon séjour à Nice pour aller photographier la tombe de Magnus Hirschfeld, qui a fini ses jours sur la côte d’Azur. Le chercheur allemand est mort il y a 80 ans cette année.

1-DSC_0406

15 mai, mairie du XIIè, Paris. Prix du Refuge / Institut Randstad. Giovanna Rincon n’a pas hésité à interpeller directement Christiane Taubira sur la question des droits des trans.

1-DSC_0024

16 mai. Parvis des droits de l’Homme, Paris. Pour la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. Toujours compliqué à couvrir pour nous. Beaucoup d’actions éparpillées.

1-DSC_0604

24 mai. Paris. C’est le Tournoi International de Paris. Ici, les Dégommeuses fêtent la fin de leur tournoi.

1-DSC_0109

30 mai, au Klub, Paris. Élection de Mister Leather. La culture cuir est toujours vivante.

1-gay-pride-2015-0190

27 juin, Paris. Marche des fiertés. Oubliée la pluie de 2014, place au soleil!

1-loudandproud-0394

4 juillet, Gaîté Lyrique, Paris. Le1f au festival Loud&Proud, qui porte bien son nom.

1-DSC_0189

14 juillet, Péniche Marcounet, Paris. Jessica Triss et Malicoquine animent le mimi-oke de la soirée Yagg sur la Péniche Marcounet.

1-DSC_0506

16 août, Parc Emilie Gamelin, Montréal. Spectacle Illusion, emmené par Michel Dorion. Un moment magique. Ici, un hommage à Cindy Lauper.

1-DSC_0427-2

17 août. Boulevard René Levesque, Montréal. C’est la Fierté à Montréal, sous un soleil de plomb.

1-DSC_0341

29 août, Montpellier. Très belle édition du TIMM. Du soleil, du sport. What else?

1-DSC_0054

3 septembre, Théâtre Mogador, Paris. Répétitions de Cats.

DSC_0076

11 septembre, la Sorbonne. Les Sœurs de la perpétuelle indulgence fêtent leurs 25 ans.

1-DSC_0534

13 septembre, Espace des blancs manteaux, Paris. Le forum de la FSGL. Un peu moins de monde que d’habitude, mais moment toujours sympa néanmoins. Ici avec les Enrolleres.

DSC_0076-001

17 octobre, place de la Bataille de Stalingrad, Paris. Existrans. Une belle manif.

DSC_0045

27 novembre, Paris. Rencontre avec Tayte Hanson et Liam Riley des Cockyboys, qui viennent présenter leur film à Chéries-Chéris.

1-DSC_0021

1er décembre, place Baudoyer, Paris. A peine 200 personnes pour le rassemblement de la journée mondiale contre le sida.

Peaches à la Cigale

17 décembre, La Cigale, Paris. Peaches vient enflammer la capitale. Je l’avais interviewée quelques semaines avant. Une de mes plus belles rencontres de 2015.

 BONUS:

Toute l’année, j’ai également suivi deux groupes de personnes, deux sujets. Les drag-queens de Paillettes, tout d’abord, auxquelles j’ai consacré un article il y a quelques semaines:

Des paillettes dans l'eau précieuse

Et les vogueurs de la Paris Ballroom scene, comme celles et ceux qui me suivent sur Facebook l’ont sans doute remarqué. Je prépare un dossier sur eux pour ce début d’année, si tout va bien.

1-DSC_0951

 

 

 

 

Cinéma | 08.05.2015 - 16 h 41 | 0 COMMENTAIRES
Festival In&Out: Carnet de bord, jour 9

Étiquettes : , ,

Petite émotion ce matin devant la tombe de Magnus Hirschfeld au cimetière de Caucade, à Nice. Et cette question que nous nous posons avec Benoît Arnulf et Didier Roth-Bettoni: qui connaît encore Hirschfeld, pionner de la lutte pour la reconnaissance des droits des homosexuels? La semaine prochaine, cela fera 80 ans que le fondateur de l’Institut de sexologie est mort. Après avoir quitté le cimetière, nous nous rendons au 63, Promenade des anglais, le dernier lieu où il a vécu.

Passage un peu plus tard dans un haut lieu du Nice alternatif, le café Court-Circuit: espace qui promeut le bio, le solidaire, etc. Le Nice touristique c’est bien, le Nice alternatif, c’est pas mal aussi.

Côté In&Out, c’est le dernier jour avant la clôture. Nous allons assister à la troisième sélection de courts – spéciale Québec, qui paraît-il est encore meilleure que les deux précédentes. A 19h, nous verrons Guilda, elle est bien dans ma peau (photo), consacré à une star du cabaret québecois et à 21h30, le documentaire Vivant, qui donne la parole à cinq séropositifs, dont Vincent Leclercq qui tient le blog Gay, Ma santé sur Yagg. Tous deux sont précédés d’échos très flatteurs, donc j’ai hâte. Le réalisateur Stéphane Gérard vient également présenter son documentaire sur l’activisme new yorkais: Rien n’oblige à répéter l’histoire, Grand Prix au Festival Chéries-Chéris (Lire Rencontre avec Stéphane Gérard, réalisateur de «Rien n’oblige à répéter l’histoire»).

 

Cinéma | 07.05.2015 - 15 h 57 | 0 COMMENTAIRES
Festival In&Out: Carnet de bord, jour 8

Étiquettes : , ,

Plus que 2 jours de festival! Le moment est venu de rendre hommage à toute l’équipe des volontaires. Ils et elles sont une trentaine. Ils et elles s’appellent Béatrice, Céline, Benoît, Stephen, Thomas, Adrien, Jérôme, Jean-Pierre, Yveline… Masseuse, prof ou étudiants. Gay, lesbienne ou parents du directeur artistique. Il y a 1001 choses à faire un festival: gérer les entrées, s’occuper des invité.e.s et du jury, faire la promo, vendre boissons et goodies, etc. Si In&Out fonctionne aussi bien depuis 8 jours, c’est grâce à leur dévouement, en particulier à celui de Benoît Arnulf qui mène tout ce beau monde à la baguette de main de maître. Merci.

Nous sommes allés hier soir au vernissage de l’expo Tom de Pékin. Une bonne partie du travail présenté a été réalisé spécialement pour la galerie Espace A Vendre. Les peintures rappellent l’affiche de l’Inconnu du Lac, mais en « Décors montagneux ». Si l’un de ces dessins ou l’une des ces peintures vous plaît, il vous en coûtera entre 800 et 3000 euros. Tom montrait aussi une partie de son film Le ParcLes Prolégomènes d’Haldernablou, tiré d’un texte d’Alfred Jarry.

A peine remis du film choc Stand, nous verrons ce soir The Punk Singer, un documentaire consacré à la fabuleuse Kathleen Hanna (Bikini Kill, Le Tigre), l’une des fondatrices du mouvement des Riot Grrrls. Anthony Hickling viendra ensuite présenter One Deep Breath. Après cette soirée, il nous restera un long-métrage, deux documentaires et une série de courts à voir (pour la compétition, s’entend). Avant ce festival, je me demandais si deux ou trois séances de ciné par jour ne finiraient pas par être un peu pénible. La réponse est sans appel: NON, ce n’est pas pénible DU TOUT.

Cinéma | 05.05.2015 - 18 h 14 | 2 COMMENTAIRES
Festival In&Out, carnet de bord: jour 6

Étiquettes : , ,

La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre au sein du festival: une spectatrice a aimé Much More Pussy (projeté hier soir) si fort que sa chaise s’en est souvenue! Info ou intox? Je n’ose enquêter… Dana, la quatrième membre du jury, confirme en tout cas que certaines spectatrices non loin d’elles respiraient très vite pendant la représentation.

Côté garçons, ce qui s’est passé au Malabar Station après la projection de Age of Consent (qui retrace l’histoire du bar fétichiste The Hoist), restera au Malabar Station. Les invités ont eu toutefois la surprise de voir l’un des volontaires d’In&Out se déshabiller entièrement une fois rentré dans le bar. Dévoué comme il est, ce dernier a tout de même gardé son badge du festival au cou.

Aujourd’hui, le jury s’est réuni pour une réunion d’étape (photo), au restaurant de la plage Castel, qui fait flotter un rainbow flag sur la Promenade des anglais. Nous avons débattu de chaque film que nous avons vu depuis le début et mis « de côté » ceux qui ne faisaient pas l’unanimité entre nous. « Evaluer » un film n’est pas si évident. Il y a des films qui vous touchent, mais qui n’ont rien de révolutionnaire en tant que tels. Et d’autres que vous trouvez brillants, mais qui peuvent vous laisser froid. Et heureusement, un certain nombre qui naviguent entre les deux. Ajoutez à cela des sensibilités forcément différentes selon les personnes (en l’occurrence les membres du jury) et vous obtenez une équation pas évidente à résoudre.

Au programme ce soir, un documentaire sur Susan Sontag et un film, Yo soy la felicitad de este mundo. Pour une fois, pas de soirée, donc une nuit de sommeil complète à l’horizon, ce qui devrait faire le plus grand bien à tout le monde!

Cinéma | 03.05.2015 - 15 h 25 | 1 COMMENTAIRES
Festival In&Out: Carnet de bord, jour 4

Étiquettes : , ,

Hier, c’était journée spéciale Rémi Lange au festival In&Out. Avant la diffusion de son dernier long-métrage, le Chanteur, nous avons eu droit à un court réalisé il y a quelques années pour la Nuit gay. Il s’agit d’une parodie de la scène du cake dans Peau d’âne. Ça s’intitule Cake au sirop de cordom (Attention, très NSFW) et c’est quelque chose! Je ne dirai rien sur Le Chanteur, le film étant en compétition, mais écouter Rémi Lange parler de son métier à l’issue de la représentation est toujours passionnant.

Après chaque séance, le jury, les organisateurs et les invité.e.s peuvent aller manger un morceau à la Librairie Vigna, une librairie LGBT et féministe. On reste en famille: ce sont les propres parents du directeur artistique, Benoît Arnulf, qui préparent le dîner! Un cas unique dans le paysage des festivals de ciné LGBT, comme le souligne Didier Roth-Bettoni.

Ce midi, le jury et les invités se sont retrouvés Cours Saleya pour un brunch (photo).

Nous avons pu discuter avec notamment David Lambert et Vincent Dieutre, qui présentent ce soir leurs films à Cannes, respectivement Je suis à toi et Viagga nella dopo storia. Emilie Jouvet nous racontait avant-hier que dans certains festivals, le jury a interdiction de parler aux réalisateurs, afin de ne pas influencer les choix des récompenses finales. Ce que confirme David Lambert, qui dans un festival, n’a pas pu adresser la parole au président du jury, Bret Easton Ellis, dont il est pourtant un grand fan. Heureusement, les choses sont un peu plus détendues ici.

Au premier plan avec les lunettes à gauche, vous pouvez voir Nicolas, qui s’occupe du Prix Sebastiane, au festival du film de San Sebastien (François Ozon récompensé du prix Sebastiane pour «Une nouvelle amie»). C’est l’un des plus vieux prix LGBT après les Teddy de Berlin. Les organisateurs du festival Ecrans Mixtes de Lyon sont également présents. Les festivals du film LGBT constituent une vraie petite famille…

Cinéma | 02.05.2015 - 18 h 00 | 1 COMMENTAIRES
Festival In&Out: Carnet de bord, jour 3

Étiquettes : , ,

Après une soirée au Six, où l’inoxydable Cathy Kfé – figure de la nuit niçoise – fait la porte, il est temps d’embrayer pour cette troisième journée.

Entre deux films, je suis allé me balader aux Arènes de Cimiez, où l’on trouve le musée Matisse (le bâtiment en soi est déjà superbe) et, surtout non loin de là, le Monastère de Cimiez et ses magnifiques jardins, l’un de mes endroits préférés de Nice. Ce n’est pas Göttingen, mais dieu que les roses étaient belles!

Au menu du festival ce soir, une Omelette et des Yeux Brouillés. Je parle bien évidemment des deux premiers films de Rémi Lange, qui marquèrent leur temps. Si ces deux extraits du journal en super 8 du cinéaste sont rediffusés, c’est parce que ce dernier vient présenter ce soir son nouveau long-métrage, Le Chanteur, en compétition. Le pitch: Thomas, un jeune chanteur du sud de la France décide de tenter sa chance à Paris suite au décès de sa mère. Et partout dans la rue, parlera-t-on de lui?   Le film se situe à mi-chemin entre une comédie musicale, un film de fiction et un documentaire, le tout avec l’inimitable patte de Rémi Lange…

 

https://www.youtube.com/watch?v=EmbHwAnH66o

En parallèle, à Cannes, sont diffusés deux excellents films, Le Cercle (également diffusé ce soir à Nice, Lire notre interview  Stefan Haupt: «“Le Cercle” peut toucher la communauté homosexuelle et un large public») et Les nuits d’été.

Actu | Cinéma | 30.04.2015 - 15 h 55 | 0 COMMENTAIRES
In&Out, Carnet de bord, jour 1

Étiquettes : ,

La 7ème édition d’In&Out, le festival de film gay et lesbien de Nice et Cannes s’ouvre ce soir. L’association Les Ouvreurs m’a fait l’honneur de me nommer membre du jury, aux côtés du journaliste Didier Roth-Bettoni (L’homosexualité au cinéma, Le cinéma français et l’homosexualité) , de la réalisatrice Emilie Jouvet (One night stand, Too much pussy) et de la vice-présidente du Centre LGBT Azur Dana Osi.

C’est la première fois que j’assiste à ce festival, mais j’ai malgré tout une petite histoire avec lui. Après avoir quitté Têtu en 2005, je suis venu m’installer à Nice (longue histoire). Au bout de quelques mois, j’ai fait la rencontre de Benoît Arnulf, l’un des créateurs des Ouvreurs, l’association qui organise In&Out. Benoît souhaitait créer un festival de film gay et lesbien et m’a invité à la toute première réunion. J’y suis allé. Peu de temps après, je suis rentré à Paris et je n’ai pas pu me rendre aux réunions suivantes. Je suis heureux de constater que ce projet a non seulement abouti, mais qu’au fil des ans, il est devenu un événement incontournable de la vie LGBT de la Côte d’Azur.

Revenons-en au festival 2015. D’ici au 9 mai, le jury devra juger 8 long-métrages, 5 documentaires et une flopée de courts. Nous remettrons ensuite des prix, les « Esperluettes » (Le saviez-vous?, c’est le nom qui désigne le caractère « & »). Au delà de la sélection officielle, il y a de nombreux films ou documentaires à voir.

Je vais essayer de tenir un journal de bord du festival d’ici là. En tant que membre du jury, j’imagine que je ne pourrai pas donner mon avis sur ce que j’ai vu, mais je pourrai parler de ce que je vais voir et des à côtés du festival.

Ce soir, In&Out s’ouvre avec un long-métrage néerlandais, intitulé Zomer (bande-annonce ci-dessous). Soirée ensuite au Red Kafé, rue Halévy. Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à venir me saluer!